Suivez nous

Autres

Casablanca-Pékin (à vélo) : Karim Mosta est en Serbie !

Au 54ème jour de son défi Casablanca-Pékin sur les traces d’Ibn Battuta, l’athlète marocain Karim Mosta a franchi la frontière entre la Croatie et la Serbie. Pour cela, il a parcouru 73 km entre Valpovo et Karavukovo tout en observant le jeûne de Ramadan.

A travers ces efforts, il veut démontrer qu’à 70 ans l’homme est encore capable de relever les défis et que la pratique du sport pendant Ramadan est parfaitement possible.

Il nous livre ci-dessous un compte rendu de son voyage.

« Hier soir, en consultant la météo, j’ai appris qu’il ferait 27 degrés. Désireux de profiter de la fraîcheur, je me suis mis en route à 6h, et j’ai bien fait : j’étais accompagné d’un vent latéral, heureusement venu de ma droite. Le cuisinier était déjà à l’œuvre dès 4h du matin, préparant les petits-déjeuners des clients. Il m’a servi le mien, puis j’ai attendu l’aube pour partir. Peu de voitures circulaient, et étant dimanche et le week-end de Pâques, j’ai observé les villageois s’apprêtant à aller à la messe.Vers midi, un calme profond s’est installé : tout le monde était à table, même les chiens, qui, eux aussi en fête, ne jappaient pas. À cet instant, j’atteignais la frontière serbe, mon septième pays. Le Maroc me semblait désormais bien lointain. À la douane, on m’a interrogé sur ma destination. « Pékin », ai-je répondu. Trois personnes présentes dans le bureau sont venues examiner mon vélo et sa plaque. L’une d’elles m’a souhaité bonne chance. Un kilomètre plus loin, j’ai déniché un magasin pour y demander une carte SIM. Une employée du petit centre commercial s’en est occupée. Possédant deux téléphones, je n’ai pas voulu la déranger pour le second.

Plus loin encore, dans une station-service, j’ai acquis une autre carte SIM pour mon autre téléphone; cette fois, un jeune client m’a assisté avec les manipulations requises. Après avoir pris une photo souvenir avec eux, je me suis engagé sur une piste cyclable, sans croiser un seul cycliste sur une trentaine de kilomètres, jusqu’à ce que le chemin bifurque à droite alors que je poursuivais tout droit. Arrivé à Karavukovo, un village tout en longueur, j’ai demandé où dormir. On m’a indiqué un monsieur résidant un kilomètre plus loin. Devant un grand bâtiment, je l’ai trouvé; il proposait des chambres, mais également une grande salle de réception. Il m’a prié de le suivre; son chien nous accompagnait également. Entre deux bâtiments, il s’est arrêté et m’a montré une des huit chambres, la plus modeste, ce qui me convenait parfaitement.Il y avait une grande cuisine et il m’a encouragé à cuisiner et à me servir dans le frigo bien rempli, me disant de prendre ce que je voulais. Ce monsieur, âgé de 72 ans et très aimable, est ensuite venu dans ma chambre avec un plateau de salade, de poulet grillé et de pain, me rappelant que, après le ramadan, il était important que je mange bien, d’autant plus qu’il n’y avait pas de restaurant à proximité, juste un petit supermarché. Après l’avoir remercié, j’ai acheté des fruits et des yaourts pour le soir.Je trouve toutes les personnes rencontrées aujourd’hui incroyablement accueillantes et serviables, m’encourageant pour la suite de mon voyage. Un grand merci à ces messieurs-dames pour leur accueil. Traverser votre pays est un réel plaisir, et j’espère que l’aventure sera encore plus belle. Bonne soirée à tous. J’avais envisagé de me reposer demain, mais je continuerai finalement de pédaler avec ardeur ».

KD avec Karim Mosta

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
Advertisement

À VOIR

Advertisement

Plus sur Autres