Suivez nous

Moteurs

F1 : Red Bull, objet de toutes les attentions

Bahreïn sera-t-elle le théâtre de l’épilogue de l' »affaire Horner » chez Red Bull? Le sujet qui taraude la Formule 1 depuis un mois pourrait trouver une issue en marge du premier Grand Prix de la saison de jeudi à samedi, où Max Verstappen arrive en favori.

Si son triple champion du monde « Mad Max » est encore appelé à briller cette année, dans le garage Red Bull, l’équipe semble davantage naviguer en eaux troubles, dans l’attente des conclusions d’une enquête interne visant son patron historique Christian Horner.

Le Britannique de 50 ans, marié à l’ex-Spice Girl Geri Halliwell, est soupçonné de « comportement inapproprié » -envers une employée selon la presse- des « allégations » qu’il « rejette totalement ».

Très peu de détails ont filtré depuis l’ouverture de la procédure annoncée début février par la maison-mère en Autriche, si ce n’est que l’intéressé a déjà été entendu par un avocat externe à l’entreprise.

Pour sa première prise de parole mi-février, lors de la présentation de la nouvelle monoplace de l’équipe, Horner avait assuré « se conformer » et « collaborer pleinement » à l’enquête.

A ce stade, si aucune nouvelle échéance n’a été communiquée, le promoteur du championnat Formula One a déjà dit espérer voir « l’affaire clarifiée dès que possible ». « Je pense que tout le monde souhaite une conclusion aussi rapide que possible », a lui-même déclaré Chris Horner la semaine dernière, en marge des essais de pré-saison auxquels il a assisté.

En piste, s’il ne fait aucun doute pour la concurrence que le duo Verstappen-Red Bull sera la référence du plateau à Bahreïn, verra-t-on tout de même sur l’île du Golfe les signes d’un championnat « plus serré » en haut de la hiérarchie?

Sur le tracé de Sakhir, théâtre de la manche inaugurale, Ferrari s’est montrée particulièrement véloce lors des essais la semaine dernière. Suffisant pour venir se hisser à hauteur de la fusée RB20?

« D’après mes premières impressions, Red Bull a encore une bonne longueur d’avance », estime le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari), à l’aube d’une saison record de 24 Grands Prix.

L’an dernier, l’écurie au Taureau rouge a remporté 21 des 22 GP (dont 19 pour Verstappen et deux pour son coéquipier Sergio Pérez), seule la Scuderia venant contrarier brièvement son hégémonie, avec une victoire de Carlos Sainz à Singapour.

KD avec AFP

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
Advertisement

À VOIR

Advertisement

Plus sur Moteurs