Suivez nous

Autres

Le Roi Carlsen règne en Grand Maître !

Le Norvégien Magnus Carlsen a remporté samedi en Ouzbékistan le championnat du monde en cadence blitz (ultra-rapide), deux jours après avoir gagné celui en partie rapide, glanant ses 16e et 17e titres mondiaux.

C’est le quatrième doublé rapide-blitz réalisé par Magnus Carlsen, les deux compétitions se déroulant traditionnellement à la suite pendant la dernière semaine de l’année. Sur les 34 parties qu’il a disputées en quatre jours, il n’en a perdu qu’une, samedi contre le Français Maxime Vachier-Lagrave, quatrième de la compétition.

Le Norvégien confirme sa suprématie sur le monde des échecs, même s’il ne détient plus depuis avril le titre le plus prestigieux, celu de champion du monde en partie longue. Après cinq matches pour le titre remportés — la couronne mondiale de partie longue se dispute sous la forme d’un duel, comme à la boxe –, il avait préféré renoncer à le défendre une nouvelle fois, lassé par le format.

Le Chinois Ding Liren a remporté le duel pour le sacre le plus prestigieux des échecs, mais il se fait rare en compétition depuis et n’a pas participé aux deux compétitions.

Magnus Carlsen, outre ses cinq victoires en partie longue de 2013 à 2021, a remporté sept fois le championnat du monde de blitz, et cinq fois celui en partie rapide.

Son influence est telle dans les échecs qu’il a été le seul joueur à bénéficier d’une loge personnelle pendant la compétition, ce qui a déclenché de vives critiques de la part des autres grands joueurs présents à Samarcande.

Mais ce n’a pas été la seule polémique des quatre jours de compétitions, marquées par des « nulles de salon », où les joueurs s’accordent pour une égalité après quelques coups joués. Deux tops joueurs russes, Daniil Doubov et Ian Nepomniachtchi, ont aussi été sanctionnés pour « match arrangé »: les deux grands maîtres n’ont déplacé qu’un seul de leurs cavaliers pendant les 13 coups qu’a duré la partie, avant de les replacer à leur place initiale et de convenir d’une nulle.

La Fédération internationale des échecs a aussi infligé mercredi une amende de 100 euros à une joueuse, Anna-Maja Kazarian, car ses chaussures n’ont pas été jugées conformes au règlement. La Néerlandaise a été forcée de changer ses « chaussures de sport » – des sneakers – et a mis des talons.

KD avec AFP

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
Advertisement

À VOIR

Advertisement

Plus sur Autres