Suivez nous

Football

Les Kids de Liverpool, armes secrètes de Klopp

Liverpool, ravagé par les blessés, a raflé la Coupe de la Ligue avec l’apport de « kids » à peine majeurs, une contrainte dont s’est affranchi avec audace Jürgen Klopp, entraîneur tuteur amené à récidiver mercredi en Coupe d’Angleterre.

Contre mauvaise fortune, bon coeur. Le manager allemand, enseveli par une avalanche de forfait (Alisson, Alexander-Arnold, Thiago Alcantara, Jota, Salah, Nunez…), a pioché allégrement parmi les jeunes pousses de l’académie ces derniers jours sans s’apitoyer sur son sort. Au contraire.

« Oui, nous avons dû nous adapter mais franchement, c’était plus marrant que problématique », a-t-il ainsi assuré avant la finale remportée 1-0 dimanche en prolongation, où ses « kids » (les gamins), comme il les appelle, ont crevé l’écran et cassé l’élan de Chelsea.

La fraîcheur et l’assurance de Bobby Clark et James McConnell, 19 ans, et de Jayden Danns, 18 ans et 40 jours, ont fait la différence et émerveillé l’Angleterre, parfois jusqu’à l’excès.

« En prolongation, c’était les kids de Klopp contre les +bottle jobs+ (expression anglaise désignant les équipes qui s’effondrent constamment sous la pression, ndlr) bleus à un milliard de livres », a ainsi taclé Gary Neville, ex-gloire de Manchester United, en référence au montant investi en transferts par Chelsea depuis 2022.

La formule a fait mouche malgré son caractère controversé, car la moyenne d’âge de Chelsea était inférieure à celle de Liverpool en fin de match. Mais personne n’a remis en cause son prolongement: « les entraîneurs spéciaux font des choses spéciales. C’est un entraîneur monstrueux ».

Klopp lui-même a diffusé la petite musique envoutante d’un « groupe de gamins de l’académie entrant en jeu contre une équipe de haut-niveau comme Chelsea », avec la victoire au bout, une histoire « incroyable ».

Le manager des Reds n’avait pas vraiment d’autres options, il lui fallait du « sang frais ». Mais la conviction et la confiance distillée depuis plusieurs jours envers ses jeunes pépites a créé un « environnement » protecteur, selon ses propres mots, dans lequel elles se sont épanouies.

Lui a tout fait, dans les mots et dans les actes, pour les préparer à une éventuelle entrée en jeu à Wembley, l’intimidant temple du football anglais (90.000 places) du nord de Londres.

« Les garçons sont prêts et je ne l’aurais pas fait s’ils ne l’étaient pas », a-t-il dit après les entrées de Clark, McConnell et Danns, mercredi dernier contre Luton (4-1) à Anfield. « On leur a fait totalement confiance pour qu’ils fassent ce qu’ils savent faire ».

Klopp a répété exactement le même scénario contre Chelsea, quatre jours plus tard, et la magie a opéré.

KD avec AFP

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
Advertisement

À VOIR

Advertisement

Plus sur Football