Suivez nous

Autres

Tennis de table : halte au chaos !

Il est temps aujourd’hui de mettre fin à la mauvaise gestion des affaires du tennis de table. Depuis plus de 16 ans, l’équipe qui dirige la Fédération Royale Marocaine de Tennis de Table (FRMTT) affiche son irresponsabilité et contribue pleinement au déclin de la discipline au Maroc.

Malgré les différentes protestations écrites adressées par les pratiquants et les responsables de clubs aux autorités de tutelle, le tennis de table national vit aujourd’hui ses heures les plus sombres et augure d’un futur encore plus incertain pour la discipline.

Parmi les griefs adressés à l’actuelle équipe dirigeante de la Fédération Royale Marocaine de Tennis de Table, il y a notamment l’absence de la tenue d’une assemblée générale depuis 2019. Le Championnat du Maroc se tient toujours sous forme de regroupement sur trois mois ce qui ne se fait dans aucune autre discipline et on ne dispute aucune compétition nationale pour les doubles et les doubles mixtes depuis plus de 15 ans.

Ici à l’image, le président de la FRMTT, Hajji Monkid, a visiblement fier allure…on ne retrousse pas les manches, mais les bas de pantalons !

Le championnat du Maroc de tennis de table ne démarre qu’au mois d’avril et il est donc en décalage permanent avec le calendrier international. D’ailleurs en ce mois de janvier 2024, on dispute toujours le championnat de l’année dernière ! Pire, la finale de la Coupe du Trône 2022-2023 ne s’est pas jouée entre les clubs concernés. Ces derniers ont été avertis, la veille pour le lendemain, le samedi pour le dimanche, de la tenue de cette finale. Et c’est dans cette anarchie totale que le président de la FRMTT, qui est en poste depuis 2007, ose aujourd’hui encore vouloir tenir les rênes de la fédération en présentant la candidature de l’un de ses collaborateurs…  « à la Poutine », quand le président russe s’était effacé au profit de son premier ministre Dmitri Medvedev ! De plus, Hajji Monkid ne dispose plus aujourd’hui de « casquettes » à l’international, il ne peut même pas recevoir de compétitions dans son propre club, le Stade Marocain, depuis le scandale de la finale de la Coupe du Trône 2021 de tennis de table interrompue par la présence sur le terrain d’une équipe de basket-ball !

Par les autres griefs adressés à l’actuelle équipe dirigeante du tennis de table marocain, on constate aussi qu’il n’y a aucune qualification pour les Jeux Olympiques depuis 1992. La Tunisie et l’Algérie, au contraire, étaient présentes à TOKYO 2020. Cela est dû assurément à l’absence de vision claire chez un président élu en 2007 et qui refuse de quitter son poste.

Il n’y a également aucune stratégie pour la mise en place d’une relève : nos anciens champions sont toujours les champions du tennis de table national. On constate également une gestion anarchique des compétitions nationales à l’image de l’édition de la finale de la Coupe du Trône des Jeunes disputée à Témara en février 2023 où les horaires n’ont pas été respectés. Dans la salle, ni drapeaux du Maroc, ni hymne national, ni portrait de Sa Majesté le Roi, ni presse, etc.

En 2022, la FRMTT a commercialisé un maillot de l’équipe nationale avec les insignes du Royaume à l’envers et une marque contrefaite fabriquée en Egypte !

Ces dysfonctionnements se traduisent aussi par l’absence de communication réelle avec les clubs et engendrent le départ de plusieurs pongistes dégoûtés dont les talents étaient beaucoup plus prometteurs. On relève aussi la multiplication de clubs fantômes et alliés pour faire passer les rapports des Assemblées Générales Ordinaires de la FRMTT en toute illégalité. Plus de 50% des clubs sont des clubs fantômes. On a aussi constaté l’interdiction d’accès aux assemblées générales ordinaires à des dizaines de dirigeants de clubs sans motifs réels.

Enfin, on a aussi relevé la commercialisation lors du tournoi Pro-Tour d’Agadir en juillet 2022 de tenues falsifiées et de contrefaçon de l’Equipe Nationale, fabriquées en Egypte, avec les insignes du Royaume inscrits à l’envers. SportPro.ma vous a déjà alerté à plusieurs reprises sur les dysfonctionnements enregistrés dans la gestion du tennis de table national, et aujourd’hui il est temps de franchir une nouvelle étape et d’assainir, sans complaisance, la situation. Et pourquoi pas la mise en place d’une commission provisoire comme cela vient d’être fait pour palier aux égarements de la Fédération Royale Marocaine des Echecs !

Lire aussi sur SportPro.ma :
Les magiciens de la petite balle à l’agonie

tennis de table : injure au drapeau !


Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
Advertisement

À VOIR

Advertisement

Plus sur Autres