Suivez nous

Moteurs

30 ans après, la légende Senna perdure…

Une légende intacte. Trente ans après sa mort, à 34 ans, sur le circuit italien d’Imola, le 1er mai 1994, le Brésilien Ayrton Senna est toujours adulé et son décès a contribué a renforcer la sécurité en Formule 1.

Si la sécurité avait déjà fait des progrès lors des vingt années précédentes à l’initiative de pilotes comme le triple champion du monde Jackie Stewart, la mort de Senna a provoqué un nouvel effort dont témoignent les structures déformables, l’équipement des pilotes et les zones de dégagement sur les circuits.

Les améliorations ainsi apportées font qu’un seul pilote a depuis trouvé la mort des suites d’un accident en F1, le Français Jules Bianchi, en 2014.

La veille du décès du Brésilien lors du Grand Prix, un autre pilote de F1, l’Autrichien Roland Ratzenberger, avait déjà été tué dans un accident lors des essais qualificatifs. Rubens Barichello, compatriote de Senna, avait lui aussi eu un accident ce même week-end, dont il était sorti miraculeusement indemne.

Il y a eu « trois gros crash (…) et je pense que ça a choqué la F1 », déclare à l’AFP Frédéric Vasseur, aujourd’hui patron de l’écurie Ferrari.

« Je ne sais pas si ça a été un déclencheur, mais c’est vrai que c’est souvent quand il y a un accident qu’on change. Après Jules (Bianchi), on a fait le halo par exemple » ajoute-t-il, en allusion à l’arceau au-dessus de l’habitacle qui protège désormais la tête des pilotes.

Dans le film « 1, Life on the Limit », sorti en 2013 et consacré à la sécurité en F1, le journaliste spécialisé britannique Maurice Hamilton faisait observer que la mort d’Ayrton Senna avait « été retransmise dans les salons de millions de gens qui ne connaissaient pas grand-chose au sport automobile mais savaient qui il était et voulaient savoir qui était le coupable ».

Une longue enquête a permis d’établir que l’accident a été provoqué par la rupture de la colonne de direction de sa Williams et qu’une roue est venue heurter son casque, alors qu’un bras de suspension a perforé l’habitacle lorsque la monoplace s’est fracassée contre un mur en béton, dans le virage de Tamburello, où un hommage lui sera rendu mercredi en présence du patron de la F1 Stefano Domenicali et des ministres italien et brésilien des Affaires étrangères.

Avec trois titres de champion du monde (1988, 1990 et 1991), 41 victoires et 65 pole positions en 161 Grands Prix, Senna a bâti l’un des plus beaux palmarès de la F1, avec Lewis Hamilton, Juan-Manuel Fangio, Michael Schumacher, Max Verstappen, Sebastian Vettel et Alain Prost.

KD avec AFP

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement
Advertisement

À VOIR

Advertisement

Plus sur Moteurs